Fudoshinkan - le blog

Un album photo sur les samouraïs

10 Mai 2010 , Rédigé par Ivan Publié dans #Histoire

Kimura-Kaisyu-portraitPour compléter les deux articles sur l'évolution du guerrier japonais (lire partie 1 et partie 2), j'ai récolté sur internet tout un ensemble de photos de samouraïs. Ces clichés ont été pris entre la fin du 19e et le début du 20e siècle et nous rappellent que les samouraïs ont bel et bien existé. Ma passion pour la photo m'a presque "obligé" à fouiller le web pendant des semaines pour retrouver ces images qui, je l'espère, vous parleront.


Photos d'archives précieuses

Miyazaki-KurumanosukeEn regardant cet album, vous trouverez deux types de photos. Des clichés sur plaque de verre, des daguerréotypes, et d'autres sur plaque métallique. Mais c'est surtout la nature et le but des photos qui sont très différents. Un premier groupe consiste en des clichés d'archives. En effet, les premiers européens qui débarquent à la fin du 19e siècle, emportent avec eux quelques photographes. Ils vont photographier les derniers samouraïs, certes dans des poses très classiques selon les critères européens, mais ces images sont des archives précieuses aujourd'hui. Costumes, armes et armures, nous offrent une foule d'informations concrètes. 

Samuree

Que ce soit en tenue complète de combat, tenue héritée de leurs ancêtres car pas ou très peu usitée depuis la paix des Tokugawa, ou bien en tenue plus civile (kimono ou gi et hakama), on retrouve ce qui a été l'atmosphère du Japon à la naissance des shinbudo (judo, aïkido, karatedo).

Umanosuke Kashio

J'aime beaucoup les images de groupes, comme celle des derniers rebelles Satsuma lors de la guerre du Boshin. Ces rebelles à l'empereur voulaient se battre pour rétablir leur rang dans un pays qui les avait reniés, se battre pour l'honneur, jusqu'au dernier.

guerre-boshin-clan-satsuma

Dans cette période trouble de la fin d'une époque et le début de l'ère Meiji, ce qui me frappe le plus ce sont les visages. Ils dégagent de la fierté, de la nostalgie, de la mélancolie aussi et lorsque l'on prend le temps de regarder profondément les yeux de certains samouraïs, on ne peut s'empêcher de comprendre qu'ils savaient qu'ils étaient les derniers de leur caste.

samourai-armure

Photos souvenirs

L'art de l'estampe et du dessin au Japon a permis très tôt une culture de l'image, et ce, dans toutes les couches de la population. Les photographies des occidentaux ont connu rapidement un vif succès auprès des japonais tout comme des collectionneurs européens. La mode en Europe étaient alors aux chinoiseries, dans lesquelles on incluait en vrac, tout ce qui provenait de Chine, d'Indochine, de Corée et du Japon.

photographe-japon

Devant ce succès, toute une génération de locaux vont se former et devenir des photographes à part entière. Certains d'entre eux ne vont pas hésiter à se déguiser en samouraï et se mettre eux-mêmes en scène (ci-dessous le photographe Nobukuni Enami, connu sous le nom de T. Enami).

portrait-photographe-enami-1898

Les japonais, dans leur esprit conservateur, voulaient garder avec eux des scènes qui disparaissaient de plus en plus vite autour d'eux. C'est pourquoi le second ensemble de photos montrent des scènes reconstituées où les personnes sont en fait des personnages déguisés. Vous reconnaîtrez ces clichés grâce aux couleurs sépias ou aux plaques colorisées à la main, mais surtout au grain fin de l'image.

samourai-studio-fausse-neige

De la photo souvenir à la photo fantasme, il n'y a qu'un pas et c'est ainsi que l'on trouve des clichés de femmes samouraïs. Or, à cette époque il n'existait plus de femmes guerrières depuis longtemps. 

femme-samourai

Quoi qu'il en soit, ces images sont les témoins d'un passé pas si lointain, et dont les transformations gigantesques ont bouleversé de fond en comble le pays. Ces transformations sont résumées dans ce dernier cliché.

Eiichi-Shibusawa-transformation

Partager cet article

Commenter cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog